Accueil
 

Joseph Voisin
    (1882-1969)      
retour
 

Joseph Voisin naquit le 12 janvier 1882, dans l'Allier à Yzeure. Fils d'un petit cultivateur, il fréquente l'école communale jusqu'au certificat d'études. Ensuite, il travaille à la ferme familiale. Il y remplace le petit domestique.

L'enfant aime lire ; le moindre imprimé l'attire, il a soif de connaissances nouvelles. L'instituteur met à sa disposition la bibliothèque municipale... Vers la seizième année, il s'essaie à écrire. Au retour du régiment, il reprend son métier, mais le " feu sacré " brûle en lui. Il entre en rapport avec Émile Guillaumin dont il aime les ouvrages. Celui-ci l'encourage... Authentique paysan comme lui, Joseph Voisin devient bientôt son ami - et son disciple. Il publie des contes, des poèmes en prose réunis en recueils : Saisons paysannes, puis, en 1909,  L'Académie de Mérival - les Chaumes.

1914 : c'est la guerre... Voisin la vécut très durement. (Verdun, " Le Chemin des Dames ", etc... deux blessures, trois citations...). La paix revenue, il trouve encore des heures pour écrire, dans les intermèdes que lui laissent ses travaux de culture.

Voici la série des grands romans : Mathurin Barot (en 1927, couronné par l'Académie française) ; Francine et son village (1931), analyse très juste de " types " villageois (anticipations sociales) ; Jean Veyre et son ménage  (1936). Il faut y ajouter deux autres romans qui, selon la volonté de l'auteur, devaient rester à l'état de manuscrits.

Après la mort de sa mère, Joseph Voisin revient en sa ferme natale - travail écrasant - d'autant que l'écrivain continue son œuvre, la nuit, durant l'hiver...

Quelques années plus tard, il se décide à quitter la terre. Il accepte un emploi dans un journal de Moulins : Le Progrès de l'Allier.

A la Libération, Joseph Voisin publie un dernier roman :  Fontaine revient (1945). Enfin, en 1953, paraît : Le vrai visage d'Émile Guillaumin - Dernier hommage à son maître vénéré. "Joseph Voisin laisse une œuvre littéraire qui lui a valu une audience étendue " (M. Génermont ).

 

 

 
retour