Accueil
 

Jean Robinet
         
retour
 


Né en 1913, il était cultivateur en Haute-Saône où il exploitait une ferme de 12 hectares.

Il est mobilisé en 1939. Fait prisonnier en 1940, il se retrouve, comme beaucoup d'autres, dans un stalag, en Silésie. Il trompe l'ennui des longues heures d'inaction en lisant... Et lire le conduit bien vite à vouloir écrire pour son compte. Moyen de se rapprocher de la vie ancienne en évoquant le souvenir des chevaux de la ferme paternelle, ses bons compagnons de travail. C'est ainsi que fut composé : Compagnons de labour, - livre curieux, livre unique peut-on dire, où se révèlent de grandes qualités d'observation et de coeur. L'ouvrage, paru en 1945, fit alors quelque bruit. Son nom fut même mis en avant pour le Prix Goncourt - réservé cette année-là aux prisonniers. (Il obtint, du moins, une part du Prix Sully - Olivier de Serres).

En 1949, Jean Robinet loue une ferme abandonnée en Haute-Marne (avec 18 hectares de terre), puis il écrit son second livre : L'autodidacte.

En 1964 fut publié :  le grain sous la meule (plaidoyer pour une paysannerie moderne). Dans le même esprit, Robinet mène deux enquêtes : Les paysans parlent (1970), et Paysans d'Europe (1973).

Il collabore à de nombreux journaux régionaux auxquels il fournit des chroniques. Certaines ont été réunies, puis éditées sous forme de recueils : La Rente Gabrielle (1968), Poils et panaches (19XX), Les Saisons (1980).

Jean Robinet est aussi l'auteur de plusieurs livres régionalistes : La Vengeance pas à pas (1968), Voyage à travers la Haute-Marne (1971), Les Légendes outrancières et sorcelleries au pays de Champlitte (1976).

Il assure depuis 1972 la Présidence de l'Association des écrivains-paysans.

 

 

 
retour