Accueil
Témoin et acteur de la
société rurale
La vie quotidienne du paysan

La vie quotidienne du paysan

Les travaux agricoles
Maison paysanne et habitat rural
Le Bocage bourbonnais
Agronomie & agronome


L'agronomie dans l'Allier au 19ème siècle

Les facteurs de l'innovation


La grande propriété, dominante dans le nord et le nord-est du département de l'Allier, a permis dans la première moitié du 19ème siècle un développement agronomique basé sur les possibilités d'investissement de certains propriétaires et fermiers généraux. Leurs efforts ont porté sur l'amélioration de l'élevage, l'introduction de nouvelles cultures et de nouveaux moyens de culture, la construction de nouveaux domaines, l'ensemble aboutissant à une modification du paysage rural.

Pour parvenir à ces objectifs, de nombreux propriétaires ou régisseurs férus d'agronomie ont expérimenté, souvent sans succès, les innovations que proposaient des organes comme le Bulletin de la société d'agriculture de l'Allier ou des publications nationales. Leurs efforts, prolongement de la pensée des physiocrates du XVIIIe siècle, ne sont pas exempts de considérations phylanthropiques et hygiénistes. Certains se sont ruinés, comme Des Colombiers, président de cette société, et qui tenta l'élevage des vers à soie à Ygrande (château de Pontlung). D'autres ont vu leurs entreprises couronnées de succès : tels sont, chez les propriétaires, Victor de Tracy, Joachim de Garidel, Achille Farjas , le baron de Veauce, Félix Arcil, et parmi les régisseurs, Talon, Paul et Franz de Vaux.

 

 


Joachim de Garidel
secrétaire puis président
(1874-1937) de la société d'agriculture de l'Allier

<-Précédent | Haut de la page | Suivant->